Témoignage du 2 juin 2021

 

"Je m'appelle Claire, je suis une jeune maman et mamange de 22 ans. Maman d'une petite fille de 20 mois atteinte d'une maladie génétique rare et mamange d'un petit bébé de 10sa ...

Ce début de nouvelle grossesse était merveilleux, enfin une grossesse qui se déroulait parfaitement contrairement à la première ... Mais tout à basculé le 14 mai 2021, j'ai commencé à avoir de faible douleur dans le ventre, pensant que ce n'était rien j'ai décidé d'aller me coucher et de voir le lendemain matin ...

Le samedi 15 mai 2021, les douleurs sont toujours là, et une petite tâche de sang dans mes pertes, je décide donc d'aller consulter aux urgences gynécologiques pour vérifier et m'assurer que tout va bien... et là ... l'annonce tombe "La grossesse s'est interrompue" (quand on entend cette phrase on ne l'a comprend pas tout de suite.. on se pose un tas de questions) "Le cœur ne bat plus depuis 15 jours madame.." Et là on se sent comme anéantie, impuissante... tout s'écroule ...

On nous explique ce qui va ensuite se passer, pour mon cas on me parle d'aspiration et de curetage, on me dit "on essaye de faire ça avant vendredi, on vous appelle lundi pour vous donner la date".. Je rentre donc chez moi en portant la mort... Arrive ce fameux lundi, je reçois l'appel et on me dit que l'intervention aura lieu le vendredi 21 mai 2021 ... Mais comment cela est possible ??? Comment peut-on laisser une maman porter la mort aussi longtemps sans se soucier de la douleur psychologique que cela peut engendrer ? (Et par ailleurs du danger que ça peut être physiquement également...)

Comment en 2021 on peut ne pas agir rapidement face à ce genre de situation ? C'est inhumain ! Pour la médecine un bébé à 10sa est peut-être qu'un tas de cellules mais pour une maman c'est son ENFANT, quel que soit le terme de grossesse à partir du moment où nous portons la vie, on sait que c'est notre enfant, une partie de nous...

Je n’aurais jamais pensé devoir passer par cette épreuve et je n'avais jamais imaginé à quel point le corps médical se fiche de ce qu'on endure PSYCHOLOGIQUEMENT lors d'une fausse couche ..."

MERCI BEAUCOUP POUR CE PARTAGE

Je te souhaite plein de courage