Témoignage du 4 juin 2021 - Roxane

 

" Bonjour je m'appelle Roxane 32 ans et mam'anges de trois petits anges. Avec mon mari cela fait 14 ans que nous essayons de créer notre petite famille.

Après un parcours pma de 12 ans j'ai décidé de faire une longue pause, les traitements étant trop dur à supporter pour moi et de me plonger dans le boulot. C'est alors que je me décide à m'inscrire à l'école d'aide-soignante sa m’a permis de m'investir dans autre chose et de penser aussi à autre chose. Suite à ces 10 mois d'école je me dis qu'il serait parfait de trouver un cdi avant de retenter à faire un enfant.

Je trouve un cdd de longue durée en septembre 2019 et là je tombe enceinte deux mois après. On se dit ça y est notre petit miracle s'est enfin installé. Mon médecin me met en arrêt dès le départ car j'ai appris être enceinte à 8 semaines, je perdais des caillots de la taille d'un melon. J'avais un hématome dans l'utérus. On s'inquiète pour notre bébé mais le gynéco nous rassure en nous disant qu'il n'y a aucun décollement placentaire mais qu'il faut que je reste au repos strict jusqu'à la 12eme semaine et on avisera à l'échographie T1.

Viens le moment de cette fameuse écho, je suis stressée et angoissée, je sens que quelque chose ne va pas aller, un pressentiment de maman peut être. Effectivement a l'écho nous voyons que notre petit bout a un syndrome prune belly (l’urètre n'a pas fini de se développer ce qui fait qu'il n'a pas évacué les urines). On nous explique donc qu'il va falloir recourir à une interruption médicale de grossesse.

Tout ça s'est passé très vite suite à l'annonce de cette mauvaise nouvelle, une semaine plus tard je rentrais chez moi totalement vide que ce soit physiquement ou moralement. Avec mon mari nous nous sommes beaucoup parlé ce qui nous a beaucoup aidé. Je lui ai donc dit que pour le moment je ne souhaité vraiment retomber enceinte. Retour au boulot et la proposition de cdi, je suis super contente je me dis que je ne dois pas faire que surmonter des malheurs finalement. Je signe au mois de juillet 2020.

Novembre 2020, un soir je dis à mon mari c'est bizarre j'ai 5 jours de retard. On se regarde on rigole jaune car pour moi c'était vraiment trop tôt je n'avais pas fait le deuil de notre petit garçon. Par curiosité mon mari achète un test le lendemain. Quand je rentre du travail je lui dis que je suis très fatiguée et nauséeuse mais sans plus. Il me dit de faire le fameux test de grossesse ce que je fais et là en 10 secondes je vois les deux barres.

Comment vous dire le sentiment que j'ai ressenti, j'étais partagée entre la joie, la terreur et la culpabilité. Vous allez me dire qu'il fallait prendre un moyen de contraception mais je vous répondrais que non après 14 ans d'essais de fiv (avec une fausse couche a 1 mois), je ne pensais pas que je retomberai enceinte pile 1 an après la perte de notre fils.

J'appelle donc le médecin qui me prescrit une prise de sang et arrêt de travail. La prise de sang positive je prends rdv chez le gynéco. Écho de datation estime ma grossesse à 8 semaines et que tout va bien. Je rentre chez moi tout se passe bien. Je fais mes écho T1 nickel on apprend que c'est une petite fille. Et là le déclic se produit en moi, je l'ai désiré je la voulais plus que tout au monde je l'ai aimé et lui ai parlé tous les autres jours qui ont suivi. Malheureusement, deux mois plus tard un matin je me lève et je ressens des douleurs dans l'utérus. Mon gyneco m'avait dit que je pouvais ressentir des douleurs ligamentaires et que sa pouvait être douloureux. La matinée passe mais pas les douleurs, j'appelle mon mari et lui demande de prendre du spasfon en rentrant car j'ai mal.

Quand il rentre il me donne le spasfon et là, la catastrophe se passe. Je perds les eaux à 20 semaines. Je fais une crise d'angoisse j'ai peur je pleure bref je me perds littéralement. Mon mari appel les pompiers qui me transfert à l'hôpital. On me fait une écho ma fille bouge et son cœur bat toujours mais le pronostique n'est pas bon. La gynéco espère que la petite refasse du liquide en urinant et me demande de rester allongé et surtout de boire. J'ai bu toute la nuit, j'ai parlé à ma fille En lui demandant de s'accrocher et que moi je resterai couchée.

Le lendemain la gynéco me fais une écho. Et là le drame je vois ma fille immobile recroquevillée sur elle-même et aucune activité cardiaque. J'ai eu l'impression qu'on m'arrachait le cœur. Je me suis effondrée. La gynéco m'annonce que si les contractions ne se déclenche pas le soir même on me donnerait des médicaments pour déclencher l'accouchement. Allez savoir mais mon corps a réagi de suite j'ai commencé à avoir des contractions 30min après l'écho. J'ai accouchée le soir même.

Nous l'avons déclarée à l'état civil. Thyana est née sans vie le 28 mars 2021 à 21h03. Aujourd'hui elle me manque tout comme son frère que nous n'avons pas pu reconnaître. Je suis une mam'anges et aujourd'hui je suis prête à fonder ma propre famille. Mais je reste terrifiée.

Courage à toutes les mamans et mam'anges"

 

MERCI POUR TON HISTOIRE, VOTRE HISTOIRE

A vos 2 petits anges :-)