Témoignage du 7 juin 2021

" Hello, je me prénomme Sihanna et je suis depuis le 26 mars 2021 ce que l'on appelle une mamange... C'est quoi ? C'est être maman d'un bébé parti trop tôt, qu'on aura pas pu serrer contre soi et sentir son petit cœur battre...,

J'étais enceinte de 4 mois et demi quand j'ai appris que mon petit bonhomme avait cessé de vivre depuis 8 jours... 8 jours que je portais le deuil en moi sans le savoir... Mais je vais commencer l'histoire du début, pour vous expliquer pourquoi ce deuil est compliqué pour moi.

J'ai 35 ans, et je ne voulais pas d'enfants. Oui j’emploie le passé car depuis tout est différent. J'avais un stérilet au cuivre depuis 2 ans, on vivait notre petite routine tranquillement lui et moi vu que les hormones je ne supporte pas. Mais à force d'utiliser ma cup menstruelle, mon petit compagnon s'est doucement mais sûrement déplacé jusqu'à gêner mon conjoint... Ah bah oui il n'était plus du tout au bon endroit et, je vous passe les détails, en quelques secondes il était hors de mon corps. Bon, avant tout ça comme je n'avais pas de cycles réguliers je n'étais pas tombée enceinte alors pas de panique, on appelle gygy pour reprogrammer la pose du stérilet et puis ça ira...

Mais en décembre, je trouve que j'ai vraiment mal à la poitrine, je vais acheter un test mais vraiment sans y croire, pour moi j'ai juste sauté un cycle de plus, comme souvent. Je fais mon affaire, bon ça semble négatif... et au moment où j'allais le jeter à la poubelle, ah bah non... c'est bien une seconde barre qui est là. Panique à bord, je fais quoi ? Je veux pas d'enfant moi ! C'est sûrement un faux positif, direction le labo pour une prise de sang... quelques heures après j'ai la réponse, sisi je suis bel et bien enceinte. Le soir je l'annonce à mon compagnon qui lui saute de joie, il espérait un jour être papa, qu'on adopte (car c'est vraiment la période bébé qui me gène, j'aime les enfants, mais plus grand...) et là bah le destin décide que non, je serais maman. J'ai hésité longtemps, on en parlait, je ne savais pas quoi faire... mais retirer une vie c'était compliqué pour moi... mon ventre restait plat, je prenais juste de la poitrine et beaucoup d'hypoglycémie (j'ai subi une sleeve il y a 4 ans).

Je vivais mal de prendre du poids après la bataille de la perte, mais c'était pour bébé. J'ai mis 3 mois à accepter d’être enceinte, 3 mois de stress car il fallait aussi qu'on déménage rapidement vu mon mini logement ou un bébé n'aurait pas pu vivre clairement, et ma gynéco m'avait déjà prévenu que ce serait un préma donc fallait pas traîner... Une fois l'annonce à tout le monde fait, après ce cap des fameux 3 mois... on partait en Alsace pour l'annoncer à ma grand-mère de 90 ans... on arrive le lundi, pour le dire à ma grand-mère le jeudi.

En attendant on se ballade, on visite bref on profite... mais le mercredi j'ai mal au ventre, pas des contractions, juste une douleur comme si j'étais constipée... la journée passe mais la douleur reste. On décide d'aller aux urgences, mais là-bas, c'est compliqué, ils ne veulent pas que mon conjoint vienne avec, alors que j'ai une phobie des hôpitaux... je suis en larme, mal... ils acceptent, on va en salle d'examen. Une interne fais l'écho, je tourne la tête vers l'écran et je vois que rien ne bouge... L'interne sort et cherche un médecin et là… le verdict tombe, plus d'activité cardiaque. On ne comprend pas, d'un coup d'un seul on passe de la joie de venir annoncer une bonne nouvelle, à la douleur, à la rage et a cette culpabilité qui nous gagne.

Qu'est-ce qu'on a fait ou pas fait ? Pourquoi tout s’arrête ? Pourquoi maintenant ?? On comprend pas, on souffre et le médecin à beau vous parler, vous êtes loin... mon conjoint pleure, je pleure, on nous laisse seuls dans la salle.... on a mal, on comprend pas... La sage femme prend le relais et vient m'expliquer que je dois revenir le lendemain matin, qu'ils me donneront des cachets pour déclencher tout ça… que vu la taille du bébé, il faut un accouchement par voie basse pas le choix... On repart le cœur lourd chez mes parents... ma mère comprend fort bien, elle a vécu la même chose, presque au même moment de sa grossesse avant de m'avoir. Le lendemain on ne dira rien à la grand-mère, on fait semblant que tout va bien, on sourit, mais dedans on est détruit...

Le vendredi matin on part à l’hôpital, j'avais déjà mal au ventre, mais comme j'ai des règles douloureuses j'ai l'habitude d'avoir mal au ventre donc je m'inquiète pas... Arrivé à l’hôpital on nous prend en charge, et là commence le cauchemar pour moi... l'infirmière arrive pas à me piquer, et je commence à avoir vraiment mal... le travail avait commencé sans avoir besoin des seconds cachets pour déclencher. Elle appel l'anesthésiste qui doit venir me poser la perf, et vérifie ou j'en suis, 2cm, rien d'urgent... sauf qu'elle n'a pas le temps de passer la porte que je perds les eaux. Bon bah... direction la salle d'accouchement ! On me perfusera là-bas...

Arrivée en bas, on me perfuse et on vérifie... je suis passée de 2 à 8cm en quelques minutes… mais j'ai vraiment très mal... du coup ils me proposent quand même une péri que j'accepte... mais j'ai tellement de contractions qu'il arrive pas à bien me piquer, il doit s'y prendre à deux fois... On me dit qu'à présent, ça va ralentir que ça va prendre environ une heure, que je dois me reposer, souffler... je dis à mon compagnon d'aller manger, vu que tout le monde sort de la salle... mais à peine la porte fermée que j'expulse le bébé... je suis seule, avec mon bébé mort entre les jambes...

J'appel, personne ne vient... il faut bien 5 min pour que quelqu'un arrive... les 5 min les plus longues de ma vie... Ils viennent prendre mon bébé et je pousse pour faire sortir le reste...mon conjoint arrive à ce moment-là... Tout est fini... ne reste que les papiers... on nous propose de l'inscrire dans le livret de famille... on refuse, je ne veux pas commencer un livret de famille avec une mort prénatale, on est même pas encore marié, pacsés, juste un petit couple d'amoureux...

On n'avait pas encore choisi de prénom, et choisir là comme ça c'était impossible... on ne nous laisse pas trop le temps de pouvoir réfléchir à tout... On me remonte en chambre et je peux ressortir le soir même. Tout est fini... Aujourd'hui, on recommence les essais bébé, car toute cette aventure m'a fait réaliser qu'avec mon conjoint, avec lui et juste lui, je suis prête à devenir maman alors qu'avec mes ex c'était hors de question. Alors oui j'ai 35 ans, je réalise tard et j'ai peur que mon âge n'aide pas à retomber enceinte et surtout que ça recommence, mais on a envie d'essayer... J'aurais appris sur moi de cette expérience bien que douloureuse et traumatisante, je suis suivie par un psy depuis peu (j'avoue que le jour de la fête des mères je n'ai pas eu du tout le moral …)

A ce jour, on ne sait toujours pas ce qu'il s'est passé, nous attendons toujours les résultats de l'autopsie (fin juin) mais la gynéco nous a prévenu que bien souvent, on ne sait pas. Je m'en veux un peu moins, car en soit je n'ai pas mis la vie du bébé en danger, je n'ai pas fait n'importe quoi avec mon corps, mais je ne comprends pas. J'ai mis du temps à l'accepter et une fois fait et annoncé il s'en va... c'est le plus dur je crois... accepter et perdre derrière. On parle toujours de fausse couche, des trois mois … mais on parle tellement peu de la mort prénatale... On sait pas vers qui se tourner... ce qui est sûr, c'est que cette fois si ça remarche, j'attendrais pas les 3 mois pour l'annoncer car quoi qu'il arrive, tout peut s’arrêter n'importe quand au final ! Une FC, une mort prénatale, quoi qu'il arrive c'est dur à accepter et je souhaite à toutes celles qui comme moi ont perdu un bébé tout le courage possible pour remonter la pente et de bonnes ondes pour avancer …"

 

MERCI POUR  CE PARTAGE:-)

On espère de tout coeur que vous aurez un jour ce petit bébé